Francophonie : Bruno Tshibala et Pascal Couchepin ont parlé organisation des élections

0

La question des élections était au centre de l’entretien que Bruno Tshibala a eu, le 09 novembre 2017, avec Pascal Couchepin, envoyé spécial du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) dans la région des Grands Lacs et ancien président de la Confédération Suisse. L’émissaire de Michaëlle Jean était à la tête d’une délégation. « Nous avons discuté de la possibilité indispensable de tenir les élections le plus rapidement possible pour répondre à ce qui a été convenu dans l’accord de la Saint Sylvestre», a déclaré Pascal Couchepin au sortir de l’audience leur accordée. « La Francophonie rend visite à ses membres préférés. La RDC est un partenaire important de l’organisation qui partage les valeurs communes de la déclaration de Bamako qui sont des valeurs démocratiques et de respect des droits de l’homme », a-t-il ajouté.

À ses hôtes, Bruno Tshibala Nzenzhe a fait part de sa volonté de respecter le délai fixé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Nous avons eu un débat ouvert avec le Premier ministre autour des mesures de décrispation nécessaire pour que le dialogue démocratique soit franc. Le débat a aussi porté sur le processus législatif pour la loi électoral et la loi sur le fonctionnement du CNSA », a-t-il indiqué. Le Premier ministre nous a aussi dit sa volonté de faire passer dans un délai très court les lois devant le parlement, a-t-il ajouté. Nous avons rappelé, a-t-il enchaîné, que nous sommes au service des partenaires congolais pour les aider dans la préparation de ces élections et que nous souhaitons rapidement que le groupe d’experts internationaux qui était prévu soit mis en place et qu’il puisse commencer à travailler en appui à la CENI. « Nous retenons qu’il y a une date qui était fixé pour les élections et que celles-ci doivent avoir lieu. Nous sommes prêts à aider à la réalisation des élections compréhensibles, démocratiques, complètes et qui permettent de dégager un consensus national », a-t-il insisté.

Pascal Couchepin s’est refusé tout commentaire sur l’attitude des uns et des autres sur le calendrier électoral. « Nous n’avons pas à commenter les réactions de la politique interne et cela est même contraire aux principes de la Francophonie qui ne se mêle pas dans des débats nationaux », a-t-il précisé.