Joseph Kabila à Kananga : « Il n’y a pas de réconciliation durable sans justice »

0

Les travaux de la conférence sur la paix, la réconciliation et le développement de l’espace Grand Kasaï ont débuté le 19 septembre dans la ville de Kananga, chef lieu du Kasaï central. Dans son discours d’ouverture, le Président Joseph Kabila Kabange a affirmé que les responsables des crimes perpétrés dans l’espace Kasaï, neuf mois durant, ne seront pas épargnés dans la reddition des comptes.

Le Chef de l’ Etat a rappelé qu’il a exigé, depuis le mois de mars de l’année en cours, que justice soit faite, estimant que le peuple se doit d’intérioriser qu’il n’y a pas de réconciliation durable sans justice, avant d’exhorter le pouvoir judiciaire à se mobiliser davantage afin que des crimes de ce genre ne puissent plus se reproduire.

« Toutes les erreurs commises dans la gestion du pouvoir coutumier doivent être corrigées par le gouvernement en vue d’éviter que ce qui s’est produit dans le Kasaï ne puisse se répéter », a-t-il dit, tout en déplorant la duplicité et l’hypocrisie de certaines ONG confessionnelles ou internationales coupables, à ses yeux, « de la désinformation pour avoir refusé de dénoncer ce qu’elles ont vécu ».

Le Président Joseph Kabila a invité les Kasaïennes et Kasaïens à prendre conscience du drame survenu dans cette partie du pays, à se pardonner et à se réconcilier pour enfin placer le cap vers le développement. Il a appelé la population à se prendre en charge en dénonçant les terroristes et autres vendeurs de la mort tout au long du processus du rétablissement de la paix, soulignant que cette étape sera suivie de celle de la reconstruction des tissus socio-économiques. A cet effet, il a annoncé que tous les projets entamés et interrompus à cause de l’insécurité reprendront incessamment « avec la même détermination, la même ferveur et la même ambition que celles d’avant ».

Auparavant, le Vice-gouverneur du Kasai Central, Justin Milonga Milonga, a remercié le Chef de l’Etat d’avoir initié cette conférence. Un documentaire retraçant l’historique du mouvement terroriste Kamwina Nsapu, de sa genèse à son extinction en passant par ses atrocités de triste mémoire, a été projeté à cette occasion.

Plusieurs personnalités ont assisté à cette cérémonie, notamment le président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, du Sénat Léon Kengo Wa Dondo, le Premier Ministre Bruno Tshibala, le président du CNSA Joseph Olengankoy, le représentant du secrétaire général des Nations Unies en RDC, les ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques, des officiers généraux et supérieurs des FARDC et de la PNC, des chefs coutumiers et des notabilités locales.