Rajeunissement de l’administration publique, Bruno Tshibala lance le processus de recrutement de mille jeunes

0

Le Premier ministre, Bruno Tshibala Nzenzhe a lancé le programme de rajeunissement de l’administration publique et processus de recrutement de mille jeunes, jeudi 27 juillet 2017. Dans le discours qu’il a prononcé, le chef du gouvernement a rappelé le diagnostic de l’administration publique fait en 2012. « Mettant en perspective le moyen aux objectifs à atteindre, le gouvernement a diligenté en 2012 l’audit organisationnel de son administration dont les résultats ont révélé la prévalence d’un vieillissement accru des effectifs, l’enlisement du processus de la mise en retraite, l’inadéquation des cadres juridiques et organiques, l’absence des programmes de formation et de renforcement des capacités, la non maîtrise des effectifs et de l’enveloppe salariale ».  Pour le chef du gouvernement, cet audit a servi à la construction d’une vision partagée de la réforme inscrite dans le cadre stratégique de la réforme qui prévoit notamment le rajeunissement de l’administration publique, la promotion des mécanismes de sécurité sociale et l’assurance qualité, formation et renforcement des capacités.

Nombreux sont éligibles à la retraite

D’après le chef du gouvernement, beaucoup de personnes du secteur public remplissent les conditions de la mise à la retraite. « Les statistiques disponibles constatent un passif de près de 250 000 agents de carrière des services publics de l’Etat remplissant le critère statutaire l’éligibilité à la retraite », a indiqué Bruno Tshibala en expliquant la stratégie gouvernementale de la mise en retraite et du rajeunissement du personnel. Le dispositif de remplacement des agents pivote autour de la stratégie de renouvellement progressif des agents et fonctionnaires de l’Etat en vue de l’efficacité et de viabilité. « Dans cette optique, les ordonnances et décrets portant mise à la retraite de près de 923 cadres et agents de l’administration publique ont été signés le 10 juillet 2017 et des indications nécessaires préparées pour garantir aux concernés un repos mérité et une reconversion adéquate après avoir rendu de bons et loyaux services à la nation », a-t-il expliqué. D’après le chef de l’exécutif, le renouvellement du personnel de l’Etat par le rajeunissement de son administration est un processus intimement lié à la mise à la retraite. « Celle-ci est l’une des voies, sinon, la plus efficace par laquelle le gouvernement peut espérer rajeunir son administration en raison de l’importance des postes libérés et des vacances occasionnées sans mesurer l’impact socio politico-économique qu’un tel processus aurait sur l’employabilité des jeunes », a-t-il précisé. A l’entendre, rajeunir signifie préparer progressivement la relève et non remplacer automatiquement les agents en fonction.

Les deux mécanismes

Le gouvernement utilise deux leviers pour procéder au remplacement : l’Ecole nationale d’Administration (ENA) et le programme « jeunes professionnels ». Dans le cadre du programme « jeunes professionnels », le gouvernement a déjà procédé au recrutement sur base concurrentielle et transparente de trois vagues des jeunes universitaires.

Programme de recrutement de mille jeunes

Avant le lancement du programme de recrutement de mille jeunes, le Premier ministre a expliqué que le processus de mise à la retraire avance vite et que les nouvelles provinces représentent une opportunité de renouvellement du personnel de l’Etat. « Le gouvernement engage ce jour sous le haut patronage de son Excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’Etat, un vaste programme de recrutement des mille jeunes professionnels au sein de l’administration publique tant au niveau central que provincial », a-t-il déclaré. En guise de conclusion, Bruno Tshibala a remercié la Banque mondiale à travers le projet de réforme et rajeunissement de l’administration publique, pour son appui technique et financière, a-t-il dit,  nécessaire à la poursuite de l’ambitieux programme.      

Outre Bruno Tshibala, le ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo a aussi fait un discours. Ont pris également part à cette cérémonie, le Premier ministre honoraire, Augustin Matata Ponyo, le directeur des opérations de la Banque mondiale et le Coordonnateur de la Cellule de mise en œuvre de l’administration publique et du projet de réforme et de rajeunissement de l’administration publique.