Bruno Tshibala et Claude Jibidar ont parlé de l’élimination de la faim dans les milieux scolaires

0

Le directeur pays du Programme alimentaire mondial (PAM), Claude Jibidar, a été reçu en audience par le Premier ministre, Bruno Tshibala, mardi 4 juillet 2017. Le Représentant du PAM affirme avoir rencontré le chef du gouvernement pour trois raisons, toutes liées à la lutte contre la malnutrition dans les milieux scolaires. « Je viens d’avoir une audience avec le Premier ministre. C’était tout d’abord pour le remercier d’un certain nombre de choses. La première c’est le lancement d’une étude qui a été menée en RDC, portant sur le coût de la faim et de la malnutrition infantile », a-t-il indiqué. Pour Claude Jibidar, le rapport final de ladite étude était préparé et sera lancé par le Premier ministre, ce vendredi. « Ses services ont tout préparé et je voulais le remercier pour sa contribution et son implication personnelle », a-t-il affirmé.
Une autre étude était au menu de leurs échanges. « J’ai également échangé avec le Premier ministre sur une autre étude que nous allons mener avec les services techniques de différents ministères, visant à identifier les défis, mais aussi les opportunités pouvant permettre la RDC à atteindre l’objectif de développement durable d’ici l’année 2030 », a-t-il ajouté en précisant que le Premier ministre s’y engage.
En outre, Claude Jibidar affirme avoir discuté avec le chef de l’exécutif de la mise en place d’un certain nombre d’autres approches et politiques. « Ici en particulier nous avons parlé des cantines scolaires, du besoin de voir comment développer une politique des cantines scolaires, qui permettraient à un nombre aussi grand que possible d’enfants congolais de bénéficier d’un repas lors de leur scolarité », a-t-il précisé. « Nous avons discuté et nous allons continuer à discuter ensemble pour voir comment matérialiser cette politique que je l’espère bénéficiera aux milliers d’enfants qui vont à l’école et qui pour certains d’entre eux n’y vont pas avec un ventre plein », a-t-il argué. En réponse, le Premier a indiqué au Représentant pays du PAM que les enfants sont des biens précieux. « Donc, s’il y a un endroit où il faut investir, ce sont nos enfants. Le Premier ministre s’y engage personnellement », a-t-il rassuré.