Budget 2017 : Bruno Tshibala tient promesse !

0

Vendredi, 26 mai 2017, une date à inscrire sur une pierre blanche ! Qui l’eut cru que le premier ministre prendrait moins de deux semaines pour élaborer et déposer son projet de budget au parlement ? Il l’avait dit, il l’a fait. Bruno Tshibala est un prisonnier de ses engagements, mieux, un homme de parole.

Dix jours, dix et pas plus, ont suffi à son gouvernement de produire une loi des finances à soumettre aux honorables députés. Heureux qui comme Bruno Tshibala va siffler la fin du règne des crédits provisoires. Le pays doit tourner et le premier ministre le sait mieux que quiconque. Pas une seule tierce à dilapider pour celui qu’on appelle « BruTshi », voilà quelques jours, à la tête d’un gouvernement de « missions ». Le 1er ministre n’entend nullement dormir sur ses lauriers. L’homme est déterminé à relever avec mention « grande distinction », les missions assignées à son gouvernement, par le chef de l’ Etat, Joseph Kabila, président de la république.

Lorsque son cortège s’immobilise hier au pied du perron de l’entrée de derrière du palais du peuple, Bruno Tshibala, habillé en chemise blanche, costume bleu marine assorti d’ une cravate de même couleur, a bien conscience de l’ immense attente de la population qu’ il porte sur ses épaules.
« Conformément à l’engagement que j’ avais pris lors de mon discours d’ investiture de devoir déposer dans le meilleur délai, le projet de loi de finances pour l’ exercice 2017, je viens d’ accomplir ce devoir en déposant effectivement ce jour le projet de budget de l’ État pour l’ exercice 2017 », a déclaré le chef du gouvernement devant une forêt de caméras.

Financer les élections, stabiliser l’ économie nationale, améliorer le social des Congolais et restaurer l’ autorité de l’ Etat, Bruno Tshibala connait ses principaux axes par cœur et l’ acte posé hier au parlement est un début de solution. Rien ne peut se faire sans budget et ce Tshisekediste exigeant n’a pas à inventer la roue pour cela.

« Le projet de budget que nous venons de déposer prend effectivement en compte l’ensemble de ces priorités qui sont essentielles et qui résument les missions principales de notre gouvernement ».

Par respect aux Elus, le premier ministre préfère réserver la primeur du montant du budget aux députés, quoi de plus normal vu qu’ils sont également autorités budgétaires. Avant la clôture de la session de mars, il nous semble indéniablement vrai que le premier ministre sera invité à la chambre basse du parlement pour faire l’économie de sa loi des finances, laquelle permettra au pays de répartir sur de nouvelles bases.