Secteur pétrolier : une délégation de PERENCO a conféré avec le Premier Ministre

0
349
prim

Le Premier ministre, Samy Badibanga Ntita, a accordé ce mercredi 22 février 2017 à l’Hôtel du Gouvernement, une audience à une délégation du groupe pétrolier Perenco, conduite par son Directeur général, Benoît de la Fouchardière.

La délégation du groupe Perenco battant pavillon français et qui produit du pétrole au large des côtes de Moanda dans la Province du Kongo Central, s’est fait l’obligation de présenter au Premier ministre, la situation de ses 15 ans d’exploitation en termes de production pétrolière, de sécurité environnementale et juridique, de responsabilité sociale ainsi que ses perspectives d’avenir.

« La responsabilité sociale, la sécurité, la production pétrolière qui est quand même notre objet social, l’importance que nous avons dans la vie quotidienne des habitants de Moanda et l’importance que Moanda a pour nous et comment cela peut se conjuguer au présent et au futur, est l’essentiel des entretiens que nous avons eus avec le Premier ministre », a détaillé le Directeur général au sortir de l’audience.

A en croire Benoît de la Fouchardière, le Premier ministre Samy Badidanga, qui a toujours porté une attention particulière à l’activité pétrolière au large de Moanda, a exprimé son souhait d’un avenir radieux pour le groupe Perenco.

Répondant à une question de la presse sur l’implication de Perenco dans la stabilité du prix du litre à la pompe, Benoît de la Fouchardière a indiqué qu' »en tant qu’investisseur et producteur de pétrole au Congo, nous faisons notre travail en amont au meilleur coût suivant les conditions établies par le gouvernement, il ne nous revient pas de définir comment ça se passe au niveau de la raffinerie ou de la distribution ».

La semaine dernière, rappelle-t-on, le Chef du Gouvernement, avait convoqué une réunion avec le Ministre d’Etat en charge de l’Economie nationale, Modeste Bahati Lukwebo, ainsi que le Ministre des Finances, Henri Yav Mulang, au sujet d’une éventuelle révision de la structure des prix des produits pétroliers, pour l’adapter aux paramètres du prix moyen frontières, du taux de change, et de la baisse du volume d’importation due au ralentissement de l’activité économique.

Mais avec Perenco, il a été également question de la cohabitation du groupe pétrolier avec les communautés locales basées à Moanda en 15 ans de présence en Rdc. Une cohabitation décrite comme pacifique par le Directeur Général, qui a procédé à un détail d’actions entreprises en faveur des populations riveraines. Il s’agit notamment d’une série d’actions dans le secteur de la pêche, de l’agriculture ainsi que dans l’agroforesterie avec le projet de Yema, exemple vivant de développement durable pour le pays, soutient-il. La santé, la fourniture de l’eau potable à travers le forage des puits ainsi que de l’électricité se comptent également parmi les actions de Perenco en faveur des communautés locales.

Quant aux perspectives d’avenir, le groupe Perenco les voit sous trois angles : « Produire le pétrole, ramener de l’argent à l’Etat et le bien être à la population de Moanda », a conclu son Directeur Général.