Le Premier ministre, Samy Badibanga au chevet de l’industrie de la cimenterie

0
prim et invest

Le gouvernement Samy Badibanga s’en va au chevet de l’industrie de la cimenterie, installée dans la province du Kongo Central en particulier et dans le  reste du pays en général. Ce vendredi 17 février, le Premier ministre et les ministres en charge du secteur ont échangé avec les responsables de trois grandes unités de production de ciment gris du territoire de Songololo dans la province du Kongo Central à savoir : Nyumba ya Kiba, PPC Barnet et CIMKO. Les usines de cimenterie de ces deux dernières entités commencent déjà à produire du ciment gris à grande échelle.

A l’heure où ces entreprises ont atteint la phase de production industrielle, elles  sollicitent du gouvernement des mesures d’accompagnement pour écouler loyalement cette production locale. Parmi les mesures sollicitées, ces entreprises proposent « la suspension des importations du ciment pour une durée de six mois, le renforcement des mesures de lutte contre la fraude, les allègements fiscaux ainsi qu’un accompagnement consécutif en terme de logistique, afin de permettre une bonne distribution de la production ».

PPC Barnet et la Cimenterie Kongo, avec le plan d’extension de la CILU, vont arriver à une production totale de quelque 2.800.000 tonnes de ciment par an.

Ce qui représente le besoin en ciment à l’Ouest du pays, a indiqué le ministre d’Etat en charge de l’économie, Modeste Bahati Lukwebo. A cette production, il faut ajouter celle de la Cimenterie de Lukala qui a modernisé ses équipements pour passer de 400.000 à 800.000 tonnes par an. Raison de plus pour le gouvernement et ses entreprises d’étudier comment faire cohabiter cette production avec les importations de ciment.

Le Premier ministre a décidé, à l’issu de ces entretiens, de mettre sur pied une commission mixte qui comprendra outre les producteurs du ciment, les différents ministères en charge du secteur,  sous la supervision du ministère des Finances et de la Primature. Tous les autres services de l’Etat devraient s’impliquer pour lutter contre la fraude.

Le Premier ministre a été réceptif aux préoccupations de ces entreprises en proposant à la commission une suspension d’importation de trois mois renouvelables.

Ce dossier devra être présenté au Conseil des ministres aussitôt traité au niveau de la commission ad hoc.

On rappelle que dans un passé relativement récent, suite à la fraude massive observée aux différents postes frontaliers, plus particulièrement à Lufu au Kongo Central, le gouvernement avait suspendu les importations pour une durée de trois mois.

De leur côté, les industries du ciment expliquent, à travers Leny Ilongo, Administrateur de PPC Barnet,  que leur secteur subit les fraudes continues qui ruinent tous les efforts du gouvernement dans cet investissement consenti pour produire un ciment de meilleure qualité et à un prix extrêmement compétitif.

Je crois, poursuit Leny Ilondo, que la semaine prochaine, les problèmes que sont les nôtres et qui sont aussi ceux du gouvernement seront rapidement résolus.